Parution : Le Rêve au cinéma, Patricia-Laure Thivat (dir.)

L’ouvrage Le Rêve au cinéma s’intéresse aux stratégies convoquées par le septième art pour représenter le rêve. Tout au long de son histoire, le cinéma a élaboré des méthodes spécifiques – voire « magiques » ! … si l’on se réfère à Méliès – pour figurer les séquences oniriques : tout en empruntant à la littérature, à la peinture, à la sculpture et à la musique, il est devenu, à la fois par sa nature même d’art de l’image mouvement, par l’originalité de ses stratégies esthétiques et bien entendu la richesse de ses moyens techniques, un espace artistique privilégié de figuration du rêve.

 La quête d’un langage cinématographique comme la vocation intermédiale du septième art participent ensemble de ce processus : ainsi, héritier de longues traditions, le cinéma a conçu, pour représenter le rêve, des formes visuelles qui lui sont propres. C’est essentiellement autour de ce double mouvement (vers les autres arts et vers la quête d’une identité propre) que sera abordée la probléma­tique. Par delà les procédés narratifs dont il n’est question de faire l’économie, on s’intéressera donc à la fois aux « emprunts » aux autres arts, ainsi qu’aux techniques spécifiques (effets spéciaux, techni­ques de montage, grain de l’image, filtres etc.). D’un point de vue problématique, la théorie psycha­nalytique sera convoquée en tant qu’elle fait l’objet d’une articulation claire avec le substrat esthé­tique. L’apport de l’analyse figurale transcendant les différents champs artistiques donnera une unité à l’ouvrage dont l’enjeu est bien d’approcher ce qui se joue, ici, dans l’art du cinéma.

Concernant les frontières sémantiques de l’objet, l’option est assez large. On entend ici par rêve : le rêve endormi (ou rêve au sens littéral) ; les séquences hallucinatoires ; les visions sous hypnose et autres séquences en « état second » (ex : visions liées à l’absence de sommeil prolongée) ; le rêve éveillé (à ne pas confondre avec la mémoire simple ou les effets de flashback traditionnels) lorsqu’il est présenté ou perçu comme tel, le spectateur devenant acteur privilégié d’une dynamique figurale qui s’inscrit dans et entre les images. Concernant ce dernier point, il n’est donc pas question d’exclure les films entièrement construits sur la « logique » du rêve, ou comme des récits de rêve. Mais il faut cependant se garder d’élargir le champ d’investigation de manière trop extensive, en par­tant du principe avéré que le cinéma est « par nature » un rêve mis en images.

Lire le compte-rendu de Eithne O’Neill dans Positif, n° 645, Novembre 2014.LE REVE AU CINEMA

______________________________

Sommaire

Patricia-Laure Thivat, Le Rêve au cinéma. L’image libérée ou la figure de l’invisible

Marie Martin, à l’avant-garde, rêve nouveau. Écrans et tableaux rêvés au cinéma, d’El Dorado à Une Nuit sur le Mont Chauve

Raphaëlle Costa de Beauregard, Rêve et / ou cinéma. à propos de deux films muets : Après la mort et Les Mystères d’une âme

Jean-Michel Durafour, Ce qui songe au fond de l’image. Rêve, rêverie, film, autour de Jean Renoir

Alban Jamin, Des rêves filmés au ralenti. Notes sur les pouvoirs oniriques d’une figure cinématogra­phique

Christian Viviani, Le Dream ballet : états d’âme, dilemmes, désirs et rêves dansés

Fabien Delmas, De l’onirisme à Hollywood. Les songes de William Dieterle

Chloé Delaporte, De Dr. Jekyll à Mr. Hyde : esthétique(s) de l’hallucination chez Rouben Mamoulian et Victor Fleming

Thérèse Guilbert, La Poétique fantastique du rêve

Luc Vancheri, Rêver la mort d’Orphée. Mankiewicz, un grec à Hollywood

Véronique Campan, Poétique de l’interstice. Le rêve de cinéma : une image pensive ? Autour de Chaplin, Beckett, Fellini

Benjamin Thomas, La géographie onirique d’Andreï Tarkovski

Emmanuel Plasseraud, Songes d’un cinéaste « logicien ». Sur Raoul Ruiz.

Jacline Moriceau, Figurer le rêve : Rêves d’Akira Kurosawa

Julie Assouly, Rêves et cauchemars de l’American dream : les frères Coen et la rencontre des arts

Patricia Kruth, L’image onirique entre arts et sciences : La Science des rêves de Michel Gondry

Loic Chevalier, Après le rêve romanesque, le modèle fonctionnaliste. La logique onirique dans le cinéma de science fiction contemporain : le cas d’Inception

Sarah Hatchuel, Rêves et fantasmes dans les séries télévisées américaines contemporaines : des ap­paritions a-cinématographiques ?

______________________________

Patricia-Laure Thivat (dir.), Le Rêve au cinéma : iconographie, procédés, partitions. L’onirisme filmique au prisme des autres Arts, LIGEIA,  nos 129-132. Paru en février 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.